Blog #7

Ralentissement, mort. Moins de pollution, alarmisme. En fait je ne voulais pas ércire là-dessus. Mais c’est inévitable – et inspirant. Comme c’est beau de voir des mesures si radicales, parce qu’il s’agit de la vie humaine! Et comme c’est triste, qu’il y a encore plus de la souffrance à cause de cettes mesures.
Des abimes s’ouvrent entre ceux, qui descendent les faits en flèche. Les faits. Chaque jugement, tout ce qui est bien intentionné, a un degré de verité, parce qu’il y a trop de facteurs. Et moi, une personne normale? Comment est-ce que je dois comprendre cette rivière d’information, si les uns sont trop délicats et les autres ne sont pas indélicats assez? Pro et Contra. Mais le présent parle aussi, pour soi même, et presque independant. Qu’est-ce qui se passe? Qu’est-ce qui s‘est passé? Tout ça, ça veut dire quoi? Comme le rappeur allemand Samy Deluxe dit dans son chanson „Retour à nous“:

„Monde sans fil, l’univers de wifi,
internet international sans distance,
proximité virtuelle, vie virtuelle,
cancer virtuel pour une âme spirituelle,
écoute-moi, ce que je raconte,
ceçi n’est pas léger,
est-ce que les cellules grises sont rouillées? Pas d’envie
de penser un peu, c’est trop difficile pour toi?
Est-ce que tu as besoin d’une histoire complete, comment, quand, quoi et qui
Pour que tu pourras suivre? Comment, quoi? Ah oui, lui.“

Le désir de sécurité inévitable, n‘importe comment. De manière que la bilatéralité des choses traverse le cerveau comme elle traversera une passoire. Pour chaque perspective, il y a une perspective contraire, non? Il me semble que tout a un ombre. Tout. Même l’ombre a un ombre, qui brasille. Ce dualisme, il me paraît, veut me tester , veut nous tester avec chaque situation: c’est quoi ma propre perspective, et pourquoi est-ce qu’elle est, comme elle est?

Un mot sur mes créations: ma première toile sérieuse s’est remplie avec assez de couleur et je le montrerai la semaine prochaine.
La première partie de la trilogie „sans réseau“ s’épanouie pendant ce temps d’isolation.
Et tout les lectures avec Jung Wien 14‘ sont annullées, naturellement. En échange: une de mes poèmes sera publiée dans la magazine prochaine de Literarisches Österreich.

Je vous souhaite un temps raisonnable!